L'huile de palme

L’huile de palme, huile végétale issue du palmier à huile, est déconseillée pour la santé. Pourquoi ? Quels sont les arguments chocs avancés pour inciter le consommateur à ne plus acheter et manger cette huile ? Est-elle plus nocive que les autres huiles ? Zoom sur cette huile, ses dangers et ses bienfaits !

L’huile de palme est utilisée en raison de sa rentabilité depuis de très nombreuses années. La célèbre pâte à tartiner inimitable contient d’ailleurs de l’huile de palme, une huile résistante à la cuisson et à même de rester à l’état solide à température ambiante. Intéressante donc pour les concepteurs de produits, la production d’huile a des conséquences néfastes pour la planète et pour la santé.

Une production au détriment des espaces forestiers

La production d’huile de palme s’est fortement accrue ces vingt dernières années. Aussi, les espaces de production ont-ils dû être agrandis. Occasionnant la destruction de très nombreux hectares de forêt en Indonésie et en Malaisie. Ce point noir d’ordre environnemental est un argument de taille. En limiter la production a du sens grâce à ce constat.

Une huile peu recommandée pour la santé

Contenant 45% d’acides gras saturés qui provoquent des problèmes vasculaires, cette huile est pointée du doigt en raison des dangers qu’elle occasionne pour la santé. Toutefois, certains professionnels de la santé s’accordent pour affirmer que, grâce aux acides gras transformés qu’elle contient, l’huile de palme a des avantages. Au pays de l’oncle Sam, les huiles végétales hydrogénées pourraient être remplacées par l’huile de palme ! Celle-là même qui, dans les rayons des étals français, n’est plus franchement la bienvenue… Pour preuve, il suffit que la mention « sans huile de palme » ne figure pas sur un produit pour que le consommateur lise sa composition. Si le produit contient de l’huile de palme, il le repose. Le consommateur a-t-il adopté une réaction excessive ?

Les bienfaits de l’huile de palme

Contre toute attente, l’huile de palme, ô combien décriée, contient des bienfaits. L’huile de palme n’est pas la seule source d’apports en acides gras saturés. Le beurre, les produits laitiers en contiennent. Aussi, accuser l’huile de palme de tous les maux, c’est faire preuve d’hypocrisie. La consommation d’huiles de colza ou de tournesol est autant à surveiller. Ces huiles contiennent, en effet, des huiles hydrogénées. Ces fameuses huiles que les États-Unis entendent évincer de leur alimentation ! Comme l’huile de palme, les huiles de tournesol et de colza accroissent le risque de maladies cardiaques.

En conséquence, on ne saurait que trop conseiller à l’acheteur de veiller à sa consommation d’huile. La clé d’une bonne santé alimentaire reposant sur une alimentation variée où les matières grasses sont utilisées avec modération. A bon entendeur…