Que mange t-on?

Si le label « Le fait maison »a pour but d’indiquer la provenance des produits qui composent un plat et est une promesse de transparence vis-à-vis des consommateurs, il est aussi une pratique culinaire. Assez tendance d’ailleurs. Différents facteurs l’expliquent.

La cuisine, un espace incontournable

La place de la cuisine. Cet espace s’est imposé comme étant le cœur de la maison. Ce n’est plus un simple lieu où on prépare et où on mange les repas. C’est un lieu de partage où nous concoctons seul(e) ou à plusieurs des mets. C’est là aussi qu’on transmet les savoir-faire acquis par nos ancêtres et les recettes savoureuses qui ont baigné notre enfance.

Un espace de partage et de convivialité

La cuisine est enfin un espace de partage où la convivialité naît bien avant les repas en répartissant notamment les missions lors de l’élaboration d’une recette. S’accorder une pause en cuisine, c’est donner du temps pour écouter l’autre.

Cuisiner soi-même est l’occasion de varier bio et non-bio, de veiller à son alimentation en veillant à l’origine des produits et enfin de transmettre de bonnes habitudes. Saviez-vous que les pâtisseries fabriquées dans votre cuisine sont moins caloriques que celles achetées ? L’ajout des sels et autres additifs dans les plats préparés est également à éviter. Le fait maison est un moyen pour en diminuer la consommation.

Contrôler son budget

« Le fait maison » permet aussi de mieux contrôler son budget et rassure enfin les consommateurs échaudés par les scandales alimentaires : crise de la vache folle, scandales dans les abattoirs, etc.

Cuisiner permet enfin d’élaborer des plats imparfaits dont on est fier. Ses petites imperfections ? Une marque personnelle dont raffolerons vos invités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *