Dans notre cuisine, on confectionne avec soin des mets issus d’erreurs culinaires. On en achète aussi pour grignoter à l’abri des regards derrière un placard. Zoom sur ces délices, promesses de saveurs.

Les bêtises de Cambrai

Les bêtises de Cambrai existent depuis 1830 ! C’est un bonbon emblématique du Nord de la France de forme rectangulaire aromatisé à le menthe traditionnellement. Maintenant, il est possible d’en acheter parfumés à la pomme verte, la framboise, citron, etc.
La légende veut qu’Émile Afchain, apprenti confiseurs, chez ses parents, confiseurs à Cambrai, se trompa dans la préparation des berlingots. N’avouant rien à ses parents, les bonbons furent vendus… Et réclamés la semaine suivante par la clientèle. Face à ce succès inattendu, ses parents décidèrent de commercialiser ce bonbon. Âgé de 187 ans, le bonbon est emblématique de la région des Hauts-de-France.

Les pets de nonne

Cette pâtisserie est aussi connue sous l’appellation « soupir de vent » et « beignet de vent. » Ce gâteau est un beignet concocté à partir de pâte à choux et dont l’aspect est proche de la chouquette. Les pets de nonne existeraient depuis le temps des Romains. Oubliée au moyen âge, cette gourmandise est de nouveau consommée à la Renaissance. Au siècle suivant, elle est de nouveau mangée et est considérée comme une gourmandise populaire.

Selon une légende, ce beignet aurait été inventé par une religieuse qui aurait ensuite confié la recette à un couvent hostile. Grâce à cette recette, la paix aurait été assurée. Une autre croyance met en exergue une histoire différente. Une jeune nonne, prénommée Agnès, aurait laissé tomber un morceau de pâte à choux dans une marmite. Savoureux, cette recette aurait ensuite été de nouveau concoctée.

Les pets de nonne sont désormais fabriqués au moment des carnavals. Ils peuvent aussi être servis pour le goûter accompagnés d’un café ou d’un thé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *