Ethtique et développement durable

Soumises au jugement des consommateurs, les entreprises alimentaires, comme les autres industries, veillent à leur réputation. Ce critère est-il le seul point pouvant expliquer ce phénomène ? Pourquoi l’éthique et le développement durable sont-ils devenus deux enjeux majeurs ?

Soumises à des impératifs de résultats et d’innovation, les entreprises ne cherchent plus à évoluer loin des regards. Désormais, elles communiquent sur leurs objectifs, leurs résultats, leurs stratégies, etc. Leur réputation est primordiale. Pourquoi ?

La réputation, clé de la stratégie ?

La réputation est devenue la clé de la stratégie des entreprises. Si l’entreprise jouit d’une solide réputation, elle a plus de chance de fidéliser sa clientèle et de conquérir le cœur de nouveaux prospects. Elle séduit aussi plus facilement les investisseurs. Enfin, elle rassure. Sa réputation est interprétée comme le symbole de sa bonne santé financière.

Être vue pour rassurer

Si la société est en mesure de s’exposer, c’est qu’elle n’est pas sur le point de délocaliser. Mieux, elle va pouvoir continuer à jouer un rôle dans l’économie locale. Pour le consommateur, ce critère est primordial. En agissant de la sorte, l’entreprise gagne le cœur du consommateur. Pour lui, si l’entreprise cultive des valeurs éthiques, c’est avant tout la preuve de sa moralité.

Quand l’éthique est bafouée…

Souvenez-vous du scandale alimentaire causé par les conditions d’abattages des animaux en France. Peu après, la création d’un label éthique animal nationale était proposée… Face à l’émoi et à la croissance des personnes végétariennes ou végétaliennes, le monde politique ne pouvait s’abstenir de proposer des solutions. S’il s’était abstenu, les ventes aux rayons boucherie des supermarchés risquaient de plonger. Dans un passé pas si lointain, ce scénario s’est d’ailleurs produit.

La confiance : une valeur indispensable

En l’absence de confiance ou de doute, le consommateur réagit. Le consommateur attend d’une grande entreprise qu’elle soit irréprochable. Il sait veiller aux pratiques de la marque et sévir quand il juge son comportement inadéquat. En ce sens, les préoccupations éthiques et de développement durable sont à envisager comme des valeurs ajoutées permettant aux marques de s’imposer dans un marché concurrentiel.

Marques « distributeur » et marques collectives régionales

Les marques dites « distributeur » ont bien compris les nouveaux enjeux du marché. Les produits estampillés par les marques collectives régionales tels que Sud-ouest France ou la marque Bretagne ont envahi les rayons des grandes surfaces pour répondre aux nouvelles attentes du consommateur. A savoir, acheter des produits issus d’un territoire pour impacter sur l’économie de ce dernier. Un partenariat gagnant-gagnant entre les grandes enseignes et ces marques collectives qui entendent peser davantage dans le marché en gagnant en notoriété, en visibilité et en compétitivité. Pour ce faire, elles affichent clairement leurs enjeux et leurs méthodes. Rien de tel pour gagner la sacro-sainte confiance du consommateur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *