Quand la SNCF renforce les services propsoés à ses usagers, ça donne des produits vendus en gare.

C’est un service qui a le mérite d’être à la fois utile et favorise le régal des papilles des usagers des transports en commun, sans qu’ils aient pour autant besoin de faire une halte au supermarché du coin avant de rentrer chez eux. Une fois par semaine, des maraîchers s’installent en gare et proposent à la vente leur production, pendant trois heures, à parfaite maturité. Pour le consommateur, c’est l’assurance d’acheter des produits frais et locaux au prix souhaité par le producteur. Un partenariat gagnant-gagnant donc. Comment a-t-il vu le jour ?

Le lundi après-midi, un premier vendeur gare de magenta interpelle la Parisienne que je suis. Plusieurs personnes stoppent leur marche effrénée et ô combien, jamais assez rapide, pour acheter des produits sur les étals présentés. Ce scénario est depuis devenu un rituel puisqu’il se déroule chaque lundi. Dans d’autres gares aussi, des produits locaux sont vendus par les maraîchers eux-mêmes en gare.

Une collaboration

C’est un partenariat noué entre le réseau de producteurs, via les Chambres régionales d’agriculture et la SNCF qui a autorisé la vente de marchandise sur une centaine de ses sites, qui permet à une centaine de gare de proposer ce service à ses usagers. En Ile-de-France, cinquante gares sont intégrées dans ce dispositif. On estime que 20 tonnes de fruits et légumes sont achetés chaque semaine dans les gares Transilien. Chaque agriculteur est sélectionné par la Chambre d’agriculture de son territoire et ne peut ses produits qu’après la validation de la SNCF. N’est donc pas vendeur qui veut…

Un concept simple

Le concept proposé est simple. Chaque semaine, pendant trois heures, majoritairement de 16h30 à 19h, des producteurs proposent leurs produits à la vente. Le créneau horaire a du sens puisqu’il correspond aux heures d’affluence. Ce sont les producteurs qui fixent les prix des marchandises.

Un service en plus pour les usagers

Un véritable plus pour les usagers du transport en commun qui entre deux trains ou arrivés à destination peuvent s’approvisionner sans faire de détour au supermarché du coin. Une fois à la maison, il ne leur reste plus qu’à cuisiner les produits mûrs et de saison achetés à des produits locaux. Certains vont même plus loin. Ils proposent à leur clientèle de passer commande avant leur arrivée. Une fois en gare, le panier avec leurs produits leur sont remis. Une nouvelle forme de drive qui surfe sur la vague du succès…

On ne saurait que louer cette initiative qui rend des services aux usagers des transport en commun et favorise la rétribution des producteurs à un prix rémunérateur. Ce sont eux, en effet, qui fixent les prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *