Signée le 27 juin 2014, à l’issue de trois années de concertation entre des acteurs du commerce équitable et des organisations françaises, la charte « Commerce équitable local » a pour but de promouvoir le commerce équitable à l’échelle locale et de promouvoir une agriculture durable en permettant, à l’instar des petits producteurs, de permettre aux agriculteurs de tirer leur épingle du jeu.

Une charte, fruit d’un travail commun

Face à des agriculteurs qui ne vivent plus de leur travail, des réflexions ont et sont toujours menées. La charte « Commerce équitable local » est un moyen de les aider tout en promouvant des modèles agricoles durables et respectueux de l’environnement.

Promouvoir et défendre

La charte comprend 14 engagements et trois axes d’actions : « une relation commerciale équitable et responsable », « pour une agriculture citoyenne et durable » et « pour changer les pratiques commerciales ». L’enjeu étant, via ces différents axes, de défendre et de promouvoir des agricultures durables et innovantes en regroupant les acteurs d’ores et déjà impliqués dans des démarches agro-écologiques.

Des engagements réitérés

Parmi les acteurs impliqués dans cette démarche, on compte des entreprises qui œuvrent depuis de nombreuses années pour le commerce équitable. C’est le cas notamment pour Biocoop et Ethiquable.

Des consommateurs convaincus

Les chiffres de la croissance du commerce équitable parlent d’eux-même : le commerce équitable a résisté à la crise et s’affiche comme étant le fruit d’une consommation responsable pour les français. La croissance rapide des ventes a augmentée de 60% entre 2014 et 2015. La croissance des ventes pour 2016 est estimée à 25%. D’année en année, il grappille de plus en plus des parts de marché. En jouant la transparence vis-à-vis des consommateurs, les producteurs ont su regagner la confiance des agriculteurs.

Des consommateurs, de nouveau acteurs de leur alimentation

Proposer des produits français autres que le café, le chocolat, le sucre, etc. a d’autant plus de sens que les français raffolent de ces produits qui leur permettent de participer à leur échelle à l’amélioration des conditions de vie des producteurs, d’être sûrs de rémunérer en dépit d’un intermédiaire le producteur à une tarification juste, de faire un geste citoyen et solidaire et de changer les règles du commerce mondial en changeant leur manière d’acheter.

Un premier bilan

Presque trois ans après la signature de cette charte, un premier bilan peut être dressé. Ce marché est en essor constante. Il représente pour 2015 108 millions d’euros de vente. 1150 produits indispensables sont proposés à la vente dont 1050 produits alimentaires et 100 produits en cosmétique. Des emplois ont été maintenus pour 3500 fermes et pour cent PME (petite et moyenne entreprise). Pour les producteurs, les prix sont restés stables et ont été surtout rémunérateurs. Preuve que l’équité est au cœur des préoccupations du commerce équitable « Made in France ».

 

f= »http://recettesetsaveurs.fr/lequite-commerciale-grace-label-max-havelaar/ »>http://recettesetsaveurs.fr/lequite-commerciale-grace-label-max-havelaar/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *