légumes d'antan

Oubliés pendant des décennies, les légumes anciens comme le topinambour, le rutabaga, la courge butternut, le pâtisson, sont de nouveau tendances sur les étals et dans nos assiettes. Les qualités gustatives et les bienfaits en sont la cause.

Des légumes oubliés

Pendant des décennies, le topinambour, le crosne, le rutabaga n’ont plus été les bienvenus sur les étals. Consommés durant les deux guerres par obligation puisque les pommes de terre étaient réquisitionnées, ces légumes n’ont pas laissé un bon souvenir à nos aïeux. Le topinambour a, à cette époque, remplacé la pomme de terre.

Inconvénients digestifs et mauvais souvenirs

Provoquant des flatulences, la consommation du topinambour était incontournable. Les pommes de terre étant réquisitionnées. Aussi, la consommation du topinambour étai-elle accompagnée de gênes. Face aux inconvénients occasionnés, ces derniers ont été remplacés quant ils ont pu l’être. Pour oublier cette page de leur histoire, nos ancêtres ont volontairement oublié ces légumes, synonymes d’années de privation, et ont privilégié la culture de légumes qui leur étaient interdits…

Pour (re)découvrir des goûts

Aux oubliettes durant de nombreuses années, le chou-rave, le topinambour et autres sont de nouveau achetés par les consommateurs. Peu calorique, le chou a aussi comme avantage de favoriser l’élimination des toxines, de renforcer l’immunité et d’être riche en vitamine B1 et B6 ! Soucieux de (re)découvrir des goûts, d’avoir une alimentation variée et à même d’aider à protéger leur capital santé, les consommateurs sont friands des légumes anciens aux multiples vertus. Qu’ils aient été consommés pas nos ancêtres est un gage de sécurité. Ces derniers usant des ressources de la nature pour se soigner et se nourrir.

Pour cultiver la biodiversité dans votre espace potager

Introduire ces légumes dans votre jardin, c’est favoriser la diversité. D’un point de vue écologique, la biodiversité est avantageuse puisqu’elle favorise l’élaboration d’un système où les insectes interviendront. Ces derniers auront à terme une incidence positive pour protéger les légumes.

Pour récolter des légumes facilement

Si la conservation de ces légumes est longue, leur culture est également facile. Pour exemple, le panais résiste bien aux premières gelées et au mildiou. Il en est de même pour la totalité des légumes-racines qui résistent mieux que les autres légumes au gel et aux insectes. Nos aïeux privilégiaient la culture de ces légumes parce qu’ils étaient des valeurs sûres. A la fois résistants au gel et aux insectes, cultiver ces légumes constituaient une réserve sûre. A cette époque, les supermarchés n’existaient pas. Chaque personne disposant d’un coin de verdure cultivait son potager. D’une année à l’autre, il n’est pas rare de voir un panais repousser là où les graines avaient été semées précédemment. Un autre avantage donc…

Crosne, courge butternut, panais : zoom sur les légumes d’antan

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *